Les lectures du moment

Page 26 sur 26 Précédent  1 ... 14 ... 24, 25, 26

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Les lectures du moment

Message  rado le Dim 26 Juin - 8:34

john kaltenbrunner a écrit:
rado a écrit:
john kaltenbrunner a écrit:
rado a écrit:
john kaltenbrunner a écrit:qu'est ce que tu comprends de la fin du film Rado?
quelque chose m'a échappé?
*SPOILER***SPOILER***SPOILER***SPOILER***SPOILER
Beh ca doit être à cause du look psycho de Casey Affleck mais à la fin, lorsqu'il est assis sur le canapé avec la petite et la caméra bouge du plan sur eux vers un plan large, ca m'a traversé l'esprit qu'il se peut qu'il soit pédophile et qu'il abuse la petite pendand que sa maman sort...

Shocked t'es pas un peu tordu nan?!Very Happy
Beh si appremment... Shocked Shocked What a Face What a Face Suspect Suspect Suspect cyclops cyclops alien alien alien alien alien

Very Happy chacun a droit à son interprétation cela dit.
la tienne peut faire poser un nouveau regard sur le film.
Je vais te dire ce qui a influencé mon interprétation: tous les jours, dans notre journal, les journalistes recommandent des films à la télé et sur ce film y avait marqué: "attention aux happy-endings, se méfier". Donc j'attendais tout à part un happy-ending...Mais l'interprétation de ma belle-mère (qui l'a vu deux fois) est que, le personnage de Casey Afflek regrette d'avoir fait ce qu'il a fait car il réalise à la fin que la fillette aurait pu avoir une vie meilleure.

j'ai vu le film semi-somnolante
avatar
rado

Messages : 3186
Date d'inscription : 19/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les lectures du moment

Message  john kaltenbrunner le Dim 26 Juin - 10:26

j'ai eu la même interprétation que ta belle mère.
kenzie en rendant visite à Helene McCready veut vérifier si elle a changé. voir s'il a eu raison de rendre la gamine à sa mère naturelle. en faisant ce geste, il ne faut pas oublier qu'il perd l'amour de sa vie: ANgela Gennaro. elle a mis dans la balance leur relation amoureuse. Kenzie a préféré agir. il perd donc Angela.
en allant chez Helene, il se rend compte qu'il s'est trompé. elle n'a pas changé. la gamine est toujours livrée à elle même. sa vie sera sûrement plus triste et difficile avec sa mère qu'avec le couple qu'elle appelait papi et mami.
le regard nostalgique de kenzie sur amanda me semble plus de cet ordre
avatar
john kaltenbrunner

Messages : 202
Date d'inscription : 06/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://3rocks.1fr1.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les lectures du moment

Message  riigolax le Mar 28 Juin - 15:59



Résumé du livre : Beaufort, citadelle construite par les croisés au Sud-Liban, est une enclave israélienne en territoire ennemi. Le journal d’Erez, officier loyal de 22 ans, revient sur les deux années 1999 et 2000 de la « sale guerre » du Liban - commencée en 1982 pour s'achever en mai 2000 avec l'évacuation totale des troupes sous les bombardements du Hezbollah. Aux commandes d'une quinzaine de recrues, il relate l'enfer du quotidien, au cœur de l'univers clos de la garnison, et son lot de doutes, de peur, de courage et d'héroïsme.


Dans la série des livres adaptés au ciné.... (Oscar du meilleur film étranger 2008). Livre très intéressant. Hâte de savoir comment il a été perçu en Israël car roman très critique sur Tsahal. La chair à canon au service de la politique.

avatar
riigolax

Messages : 810
Date d'inscription : 28/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://riigolax.over-blog.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les lectures du moment

Message  Azbinebrozer le Sam 27 Aoû - 0:22

En dehors des lectures sérieuses, j'ai lu sur le sable galicien Manuel Rivas : « Le crayon du charpentier ».
Difficile de raconter ce roman qui se déroule durant la guerre d'Espagne... « En ces temps de rage, les républicains et les franquistes se déchiraient. Herbal est un garde franquiste à qui échoit la tâche de surveiller des prisonniers communistes, anarchistes, socialistes... parmi lesquels deux amis : le peintre et le docteur Da Barca. Le peintre, à l'aide d'un crayon de charpentier, dessine le Porche de la Gloire de la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle et prête aux personnages bibliques les traits de ses compagnons de captivité. Le docteur Da Barca, personnalité pleine de charme, soigne le moral des prisonniers et baigne la vie quotidienne de la prison d'espoir, d'humanisme et de fantaisie.
Sur l'ordre de ses supérieurs, Herbal exécute le peintre. Il garde son crayon et le porte sur l'oreille, comme le faisait le peintre. Le crayon va alors parler à Herbal, l'accompagner dans ses heures de garde, l'ouvrir à un monde dont cet être fruste ignore tout. Il va l'obliger à protéger le docteur Da Barca, à rendre possible son histoire d'amour avec la belle Marisa dont il est lui-même amoureux. »

L'opposition entre la brute et les hommes de culture arrêtés est un peu classique, mais elle est rendue belle et sensible. La narration change parfois de point de vue, la parole du peintre vient aux oreilles de son meurtrier. Le fantastique pointe. L'amour que ce bourreau porte à la femme de son prisonnier docteur guide toute son attention et son humanisation, de prison en prison auprès de cet homme.

Lu aussi un recueil de nouvelles de Raymond Carver que je retrouve régulièrement tant j'aime. Dans « Parlez-moi d'amour » on retrouve 2 nouvelles de « Short cuts » le film de Robert Altman. Celle des parents trop occupés par leur enfant hospitalisés pour aller chercher le gâteau d'anniversaire chez le pâtissier, et celle des pêcheurs qui passent une partie du week-end au bord de la rivière face à un cadavre avant d'aller à la police... ça se lit très facilement. Trop. Chaque nouvelle est une claque qui remonte lentement... La mélancolie de Tchekov est très lié à une société très cloisonnée. Celle de Carver est plus proche du vide moderne. Le couple, dernier rempart, vacille.
avatar
Azbinebrozer

Messages : 2462
Date d'inscription : 21/05/2008
Age : 56
Localisation : Dark side of the moon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les lectures du moment

Message  rado le Dim 18 Sep - 10:24

How to Be a Woman- Caitlin Moran

Et oui, même si on est atteintes de la ménopause, on n'a toujours pas su répondre aux questions primordiales de comment être une femme au 21ème siècle! La journaliste de The Times s'y attaque sous la forme d'autobiographie/essai et c'est pas pour me déplaire!
avatar
rado

Messages : 3186
Date d'inscription : 19/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les lectures du moment

Message  Em' le Dim 18 Sep - 10:50

rado a écrit:How to Be a Woman- Caitlin Moran

Et oui, même si on est atteintes de la ménopause, on n'a toujours pas su répondre aux questions primordiales de comment être une femme au 21ème siècle! La journaliste de The Times s'y attaque sous la forme d'autobiographie/essai et c'est pas pour me déplaire!

moi je vais commencer "la vie en désordre: voyage en adolescence" du pédopsychiatre Marcel Ruffo, c'est plus ce qui se passe dans la tête de ma fille en ce moment qui m'intéresse que mon inexorable horloge biologique Razz


avatar
Em'

Messages : 3758
Date d'inscription : 22/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les lectures du moment

Message  Azbinebrozer le Dim 18 Sep - 21:46

Em' a écrit:
rado a écrit:How to Be a Woman- Caitlin Moran

Et oui, même si on est atteintes de la ménopause, on n'a toujours pas su répondre aux questions primordiales de comment être une femme au 21ème siècle! La journaliste de The Times s'y attaque sous la forme d'autobiographie/essai et c'est pas pour me déplaire!

moi je vais commencer "la vie en désordre: voyage en adolescence" du pédopsychiatre Marcel Ruffo, c'est plus ce qui se passe dans la tête de ma fille en ce moment qui m'intéresse que mon inexorable horloge biologique Razz


L'avis du Professeur Azbineberg study :
"Et vous lui disiez plutôt ce qu'il vous est passé vous-même dans la tête, petit être fragile, pour lui faire oublier ce qu'il y a dans la sienne ?


Cela fera 350 euros."

Embarassed

Bon, j'ai commencé Limonov de Emmanuel Carrère. Pas mal du tout !
avatar
Azbinebrozer

Messages : 2462
Date d'inscription : 21/05/2008
Age : 56
Localisation : Dark side of the moon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les lectures du moment

Message  john kaltenbrunner le Dim 18 Sep - 22:36

Liminov! Carrère! ça m'intéresse.
avatar
john kaltenbrunner

Messages : 202
Date d'inscription : 06/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://3rocks.1fr1.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les lectures du moment

Message  Em' le Lun 19 Sep - 9:58

john kaltenbrunner a écrit:Liminov! Carrère! ça m'intéresse.

chaque fois que je passe devant un exemplaire de "d'autres vies que la mienne" je me dis qu'il faudrait que je le lise mais j'ai peur de braire du début à la fin![b]
avatar
Em'

Messages : 3758
Date d'inscription : 22/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les lectures du moment

Message  Em' le Lun 19 Sep - 10:06

Azbinebrozer a écrit:
Em' a écrit:
rado a écrit:How to Be a Woman- Caitlin Moran

Et oui, même si on est atteintes de la ménopause, on n'a toujours pas su répondre aux questions primordiales de comment être une femme au 21ème siècle! La journaliste de The Times s'y attaque sous la forme d'autobiographie/essai et c'est pas pour me déplaire!

moi je vais commencer "la vie en désordre: voyage en adolescence" du pédopsychiatre Marcel Ruffo, c'est plus ce qui se passe dans la tête de ma fille en ce moment qui m'intéresse que mon inexorable horloge biologique Razz


L'avis du Professeur Azbineberg study :
"Et vous lui disiez plutôt ce qu'il vous est passé vous-même dans la tête, petit être fragile, pour lui faire oublier ce qu'il y a dans la sienne ?


Cela fera 350 euros."

je trouve votre tarif "inapproprié" (c'est le mot qui me passe par la tête depuis hier soir on se demande bien pourquoi)

Embarassed

Bon, j'ai commencé Limonov de Emmanuel Carrère. Pas mal du tout !
avatar
Em'

Messages : 3758
Date d'inscription : 22/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les lectures du moment

Message  Azbinebrozer le Mer 9 Nov - 22:56

Y est ! J'ai fini Limonov de Emmanuel Carrère. J'avais un gros a priori favorable sur lui à la seule faveur des adaptations au ciné de ses livres. J'aime les thèmes qu'il développe.

J'ai retrouvé ce que je pressentais. L'ouvrage raconte le parcours d'une sorte d'aventurier poète russe provocateur prostalinien... Le personnage dégage une bonne dose de répulsif mais comme le livre nous fait baigner dans un ensemble extrêmement choquant lui aussi, URSS puis Russie... Au début on a un roman sur un personnage c'est un livre sur le doute puis la narration trace l'écart entre le personnage et son narrateur qui le raccroche toujours à quelque chose d'attachant. C'est un livre sur le rêve littéraire de héros, et puis le livre prend aussi à bras le corps le destin du pays !... Waloo ! Pour le prix vous en avez ! Avec voyage compris aux 4 coins les plus roots de Russie, New-York, Paris, la Yougoslavie !
A la fin je crois que vous êtes russe !
J'adore ça.
avatar
Azbinebrozer

Messages : 2462
Date d'inscription : 21/05/2008
Age : 56
Localisation : Dark side of the moon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les lectures du moment

Message  maxgoeson le Mar 22 Nov - 3:49

Vient de finir trois femmes puissantes et rien ne s'oppose a la nuit
Pour le premier commence il y a bien deux ans, je reste sur ma première impression: le style d' écriture de NDyaye ne me convainc pas et les narrations a rallonge avec une phrase de 20 lignes et 30 virgules ne rendent pas la lecture facile.
Pour le deuxième, roman de Delphine Vigan , je l'ai dévore en moins de trois jours et je dois reconnaitre que l'écriture est simple et bien posée. Cet hommage posthume a sa mère qui sombra dans la folie alors qu'elle élevait encore ses enfants est prenant même si il faut mieux être en forme au parcours de certains passages tant la souffrance des personnages est perceptible par le lecteur sans jamais tombe dans le pathos ou une complaisance exacerbe.
D' ailleurs je ne sais pas si le mot hommage est le plus approprie car dans la foulée elle en profite pour tirer un portrait de sa famille très dur bien qu'apparemment sincère.
Une peinture sans concession d' une famille qui par moment ressemble a n'importe laquelle des familles avec ses petits secrets et ses grands chagrins.
Très recommandable au demeurant est très bien écrit.

avatar
maxgoeson

Messages : 292
Date d'inscription : 03/10/2009
Localisation : madrid

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les lectures du moment

Message  Girlafraid le Mar 22 Nov - 12:24

maxgoeson a écrit:Vient de finir trois femmes puissantes et rien ne s'oppose a la nuit
Pour le premier commence il y a bien deux ans, je reste sur ma première impression: le style d' écriture de NDyaye ne me convainc pas et les narrations a rallonge avec une phrase de 20 lignes et 30 virgules ne rendent pas la lecture facile.
Pour le deuxième, roman de Delphine Vigan , je l'ai dévore en moins de trois jours et je dois reconnaitre que l'écriture est simple et bien posée. Cet hommage posthume a sa mère qui sombra dans la folie alors qu'elle élevait encore ses enfants est prenant même si il faut mieux être en forme au parcours de certains passages tant la souffrance des personnages est perceptible par le lecteur sans jamais tombe dans le pathos ou une complaisance exacerbe.
D' ailleurs je ne sais pas si le mot hommage est le plus approprie car dans la foulée elle en profite pour tirer un portrait de sa famille très dur bien qu'apparemment sincère.
Une peinture sans concession d' une famille qui par moment ressemble a n'importe laquelle des familles avec ses petits secrets et ses grands chagrins.
Très recommandable au demeurant est très bien écrit.


Je te rejoins totalement sur 3 femmes puissantes. Je l'avais lu il y a quelques années et j'avais trouvé le style extrêmement prétentieux, lourd et indigeste. Quant à l'histoire proprement dite, je n'avais pas été convaincue non plus.
avatar
Girlafraid

Messages : 367
Date d'inscription : 19/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les lectures du moment

Message  Risingboy le Mar 29 Nov - 14:49

maxgoeson a écrit:Vient de finir trois femmes puissantes et rien ne s'oppose a la nuit
Pour le premier commence il y a bien deux ans, je reste sur ma première impression: le style d' écriture de NDyaye ne me convainc pas et les narrations a rallonge avec une phrase de 20 lignes et 30 virgules ne rendent pas la lecture facile.
Pour le deuxième, roman de Delphine Vigan , je l'ai dévore en moins de trois jours et je dois reconnaitre que l'écriture est simple et bien posée. Cet hommage posthume a sa mère qui sombra dans la folie alors qu'elle élevait encore ses enfants est prenant même si il faut mieux être en forme au parcours de certains passages tant la souffrance des personnages est perceptible par le lecteur sans jamais tombe dans le pathos ou une complaisance exacerbe.
D' ailleurs je ne sais pas si le mot hommage est le plus approprie car dans la foulée elle en profite pour tirer un portrait de sa famille très dur bien qu'apparemment sincère.
Une peinture sans concession d' une famille qui par moment ressemble a n'importe laquelle des familles avec ses petits secrets et ses grands chagrins.
Très recommandable au demeurant est très bien écrit.


J'avais lu les heures souterraines de De Vigan. ça tourne autour du travail mais c'est surtout les "scènes" dans le metro que j'ai trouvé parfaitement réussies. je me disais que tous ces gens courrant partout, c'etait pathetique. Je le prend souvent le metro quand je vais à Paris et c'est pour les loisirs. Et bien moi aussi je cours alors que je suis pas préssé. Si non on ralentit les autres. Je me suis reconnu dans sa description. l'envie de bousculer les trainards, les courses en diagonales...
Ce passage du livre en dit plus long sur la société actuelle que certaines etudes sociologiques.

Pour 3 femmes puissantes, je crois que j'avais bien aimé la premiere histoire (une femme qui retourne sur les lieux de son enfance si je me souviens bien). le reste m'avait laissé indifferent.
Les goncourt ne sont pas forcemment de mauvais livre mais j'ai l'impression que c'est souvent un peu chiant. Avant même que Jenni gagne c'est en tout cas comme cela que je voyais son livre. Bien ecrit mais une histoire qui ne me parle pas
avatar
Risingboy

Messages : 826
Date d'inscription : 10/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les lectures du moment

Message  Azbinebrozer le Dim 11 Déc - 23:17

Lu ce week-end un classique : "La métaphysique des tubes" de Amélie Nothomb.

Fiston était une peu abasourdi d'avoir ça à lire pour le collège( 3ème) me demande si je connaissais. Je pensais qu'il s'agissait d'un livre sur les tubes qui nous animent ici. Honteux et confus, je découvre qu'il n'en est rien ! Je n'ai pas plus aimé que ça malgré l'humour, la poésie réelle, l'écriture aussi... Sorte de primat du moi intégral puisque on suit le parcours d'une héroïne improbable de 0 à 3 ans, avec une intériorité d'ado (pas facile hein ?)... Le roman enfile avec délectations les situations scabreuses, déprimantes : 2 ans de non-vie, accident quasi mortel, suicide compris avec un humour qui se charge de sauver ce qui doit symboliser le parcours d'un jeune post-modern !!

Pour tout vous dire fiston vient de s'envoyer quasi un trimestre de littérature sur la guerre de 14-18... En musique ils ont droit à revoir des extraits vidéos de Psychose avec le prof de musique.
Le petiot de retour du collège (Argenteuil pas facile les rues en ce moment) appelle ses parents pour savoir à quelle heure on rencontre... Bref l'éducation nationale semble avoir rompu avec la littérature édifiante célébrant les grandes vertus. Apparemment elle recrute pour cela sur profil, sadiques pervers et autres tortionnaires ! What a Face What a Face What a Face
Vous avez lu "La métaphysique des tubes" ? Aimé ?
avatar
Azbinebrozer

Messages : 2462
Date d'inscription : 21/05/2008
Age : 56
Localisation : Dark side of the moon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les lectures du moment

Message  Zartampion le Lun 12 Déc - 12:32

Je l'avais lu quand j'étais au lycée, à l'époque où je lisais tous les livres d'Amélie Nothomb. J'avais adoré à l'époque, mais depuis au moins 5-6 ans (depuis son affreux bouquin sur la téléralité-camp-de-concentration) je n'ai plus lu aucun bouquin d'elle, car pas envie, donc j'imagine que si je le relisais je n'aurai pas le même jugement.
avatar
Zartampion

Messages : 632
Date d'inscription : 20/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les lectures du moment

Message  Azbinebrozer le Ven 20 Jan - 0:05

Fini « Freedom » de Jonathan Franzen. On en a parlé ici ?
Grosse côte pour quand même pour 700 pages très serrés.

« Patty s’était jurée de ne jamais ressembler à sa mère, qui avait plus ou moins négligé sa famille pour se consacrer à sa carrière politique de députée démocrate. Patty avait donc mis toute son énergie dans un domaine totalement étranger à sa famille, le sport, et devint championne universitaire de basket-ball. Et c’est à l’université du Minnesota qu’elle rencontra Walter et Richard, deux copains aussi proches que différents l’un de l’autre. Walter, l’exemple parfait du gentil garçon, serviable, généreux et travailleur ; et Richard, le bad boy, rocker égoïste, séducteur et volage. Malgré son attirance pour Richard, Patty épousa Walter et renonça à toute carrière personnelle pour se consacrer à sa famille, devenant l’une de ces mères parfaites, toujours prête à garder la fille du voisin et préparer des tonnes de cookies. Vingt ans plus tard, son fils la fuit et sa fille lui bat froid. Patty tombe dans une profonde dépression et se demande où elle a fait une erreur. »

Le roman d'un auteur couronné de lauriers offre une image très ambitieuse, le bilan sur trois générations d'une Amérique bien pensante Mais n'est-il pas plus sobrement une excellente série à la « Desperate housewife » ?
J'ai aimé et en même temps j'ai trouvé ça long, très étouffant. Avec quand même l'envie de connaître le jugement qui attendait ces personnages ! Ma génération quand même...
Bon la morale de l'histoire n'a rien de bien originale peu importe. Ce que j'ai vraiment aimé dans le livre c'est la force des analyses psychologique de Franzen. Le roman est presque clinique. Les personnages ne sont pas trop attirants. Il leur manque une certaine folie généreuse et le détail de leurs aveuglements et motivations secrètes est implacable. Franzen en met une telle couche que c'est long et étouffant !!

L'étouffement, qui caractérise le destin de Walter, c'est aussi l'angle politique choisi. Je n'ai pas pu m'empêcher de comparer le début de ce roman à celui de Roth « Une pastorale américaine ». Chez l'un et l'autre ces prototypes américains en prennent pas mal dans la gueule. Mais chez Roth (qui admire Franzen) le destin politique leur revient dans la gueule comme dans une grosse parano ! Chez Franzen, conscience écologique globale, l'américain transpire à grosse goutte dans son CO2 et sa mauvaise conscience. Question de culture. Chez Franzen on étouffe sous le poids de la responsabilité protestante. Question d'époque. Si tout est politique, dans les années 70 si chaque chose est politique, si le Vietnam revient comme un boomerang, il y a encore un temps de latence entre l'individu insouciant et le politique. Dans les années 2000 la globalisation écologique et psychologique de Franzen agit directement comme une cocotte minute à l'échelle de la conscience de chacun !

Enfin surtout à celle du peu sexy Walter, suffisamment sérieux et consciencieux pour que je m'identifie à lui et soit intrigué par son destin.
Et un peu aussi pour celui de Patty, assez détestable, mais avec qui on ne peut refouler définitivement la persistance d'une attirance pour une figure imposante !

Pas encore sorti en poche !
avatar
Azbinebrozer

Messages : 2462
Date d'inscription : 21/05/2008
Age : 56
Localisation : Dark side of the moon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les lectures du moment

Message  Em' le Ven 20 Jan - 15:01

Azbinebrozer a écrit:Fini « Freedom » de Jonathan Franzen. On en a parlé ici ?
Grosse côte pour quand même pour 700 pages très serrés.

« Patty s’était jurée de ne jamais ressembler à sa mère, qui avait plus ou moins négligé sa famille pour se consacrer à sa carrière politique de députée démocrate. Patty avait donc mis toute son énergie dans un domaine totalement étranger à sa famille, le sport, et devint championne universitaire de basket-ball. Et c’est à l’université du Minnesota qu’elle rencontra Walter et Richard, deux copains aussi proches que différents l’un de l’autre. Walter, l’exemple parfait du gentil garçon, serviable, généreux et travailleur ; et Richard, le bad boy, rocker égoïste, séducteur et volage. Malgré son attirance pour Richard, Patty épousa Walter et renonça à toute carrière personnelle pour se consacrer à sa famille, devenant l’une de ces mères parfaites, toujours prête à garder la fille du voisin et préparer des tonnes de cookies. Vingt ans plus tard, son fils la fuit et sa fille lui bat froid. Patty tombe dans une profonde dépression et se demande où elle a fait une erreur. »

Le roman d'un auteur couronné de lauriers offre une image très ambitieuse, le bilan sur trois générations d'une Amérique bien pensante Mais n'est-il pas plus sobrement une excellente série à la « Desperate housewife » ?
J'ai aimé et en même temps j'ai trouvé ça long, très étouffant. Avec quand même l'envie de connaître le jugement qui attendait ces personnages ! Ma génération quand même...
Bon la morale de l'histoire n'a rien de bien originale peu importe. Ce que j'ai vraiment aimé dans le livre c'est la force des analyses psychologique de Franzen. Le roman est presque clinique. Les personnages ne sont pas trop attirants. Il leur manque une certaine folie généreuse et le détail de leurs aveuglements et motivations secrètes est implacable. Franzen en met une telle couche que c'est long et étouffant !!

L'étouffement, qui caractérise le destin de Walter, c'est aussi l'angle politique choisi. Je n'ai pas pu m'empêcher de comparer le début de ce roman à celui de Roth « Une pastorale américaine ». Chez l'un et l'autre ces prototypes américains en prennent pas mal dans la gueule. Mais chez Roth (qui admire Franzen) le destin politique leur revient dans la gueule comme dans une grosse parano ! Chez Franzen, conscience écologique globale, l'américain transpire à grosse goutte dans son CO2 et sa mauvaise conscience. Question de culture. Chez Franzen on étouffe sous le poids de la responsabilité protestante. Question d'époque. Si tout est politique, dans les années 70 si chaque chose est politique, si le Vietnam revient comme un boomerang, il y a encore un temps de latence entre l'individu insouciant et le politique. Dans les années 2000 la globalisation écologique et psychologique de Franzen agit directement comme une cocotte minute à l'échelle de la conscience de chacun !

Enfin surtout à celle du peu sexy Walter, suffisamment sérieux et consciencieux pour que je m'identifie à lui et soit intrigué par son destin.
Et un peu aussi pour celui de Patty, assez détestable, mais avec qui on ne peut refouler définitivement la persistance d'une attirance pour une figure imposante !

Pas encore sorti en poche !
je t'ai lu avec intérêt car ce sera probablement mon prochain roman.....de plage, il sera peut-être sorti en poche d'ici là,
les commentaires que j'en ai lu rejoignent tes propos, gros pavé, un peu lourd à ingérer mais une analyse psychologique très fine des personnages,
j'ai lu douglas kennedy (le moins bien), jay Mc Inerney, Paul Auster..... Franzen est parait-il un incontournable quand on aime la littérature contemporaine américaine
avatar
Em'

Messages : 3758
Date d'inscription : 22/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les lectures du moment

Message  Azbinebrozer le Sam 21 Jan - 0:41

Em' a écrit:
Azbinebrozer a écrit:Fini « Freedom » de Jonathan Franzen. On en a parlé ici ?
Grosse côte pour quand même pour 700 pages très serrés.

« Patty s’était jurée de ne jamais ressembler à sa mère, qui avait plus ou moins négligé sa famille pour se consacrer à sa carrière politique de députée démocrate. Patty avait donc mis toute son énergie dans un domaine totalement étranger à sa famille, le sport, et devint championne universitaire de basket-ball. Et c’est à l’université du Minnesota qu’elle rencontra Walter et Richard, deux copains aussi proches que différents l’un de l’autre. Walter, l’exemple parfait du gentil garçon, serviable, généreux et travailleur ; et Richard, le bad boy, rocker égoïste, séducteur et volage. Malgré son attirance pour Richard, Patty épousa Walter et renonça à toute carrière personnelle pour se consacrer à sa famille, devenant l’une de ces mères parfaites, toujours prête à garder la fille du voisin et préparer des tonnes de cookies. Vingt ans plus tard, son fils la fuit et sa fille lui bat froid. Patty tombe dans une profonde dépression et se demande où elle a fait une erreur. »

Le roman d'un auteur couronné de lauriers offre une image très ambitieuse, le bilan sur trois générations d'une Amérique bien pensante Mais n'est-il pas plus sobrement une excellente série à la « Desperate housewife » ?
J'ai aimé et en même temps j'ai trouvé ça long, très étouffant. Avec quand même l'envie de connaître le jugement qui attendait ces personnages ! Ma génération quand même...
Bon la morale de l'histoire n'a rien de bien originale peu importe. Ce que j'ai vraiment aimé dans le livre c'est la force des analyses psychologique de Franzen. Le roman est presque clinique. Les personnages ne sont pas trop attirants. Il leur manque une certaine folie généreuse et le détail de leurs aveuglements et motivations secrètes est implacable. Franzen en met une telle couche que c'est long et étouffant !!

L'étouffement, qui caractérise le destin de Walter, c'est aussi l'angle politique choisi. Je n'ai pas pu m'empêcher de comparer le début de ce roman à celui de Roth « Une pastorale américaine ». Chez l'un et l'autre ces prototypes américains en prennent pas mal dans la gueule. Mais chez Roth (qui admire Franzen) le destin politique leur revient dans la gueule comme dans une grosse parano ! Chez Franzen, conscience écologique globale, l'américain transpire à grosse goutte dans son CO2 et sa mauvaise conscience. Question de culture. Chez Franzen on étouffe sous le poids de la responsabilité protestante. Question d'époque. Si tout est politique, dans les années 70 si chaque chose est politique, si le Vietnam revient comme un boomerang, il y a encore un temps de latence entre l'individu insouciant et le politique. Dans les années 2000 la globalisation écologique et psychologique de Franzen agit directement comme une cocotte minute à l'échelle de la conscience de chacun !

Enfin surtout à celle du peu sexy Walter, suffisamment sérieux et consciencieux pour que je m'identifie à lui et soit intrigué par son destin.
Et un peu aussi pour celui de Patty, assez détestable, mais avec qui on ne peut refouler définitivement la persistance d'une attirance pour une figure imposante !

Pas encore sorti en poche !
je t'ai lu avec intérêt car ce sera probablement mon prochain roman.....de plage, il sera peut-être sorti en poche d'ici là,
les commentaires que j'en ai lu rejoignent tes propos, gros pavé, un peu lourd à ingérer mais une analyse psychologique très fine des personnages,
j'ai lu douglas kennedy (le moins bien), jay Mc Inerney, Paul Auster..... Franzen est parait-il un incontournable quand on aime la littérature contemporaine américaine
A certains moments du livre, on se retrouve au temps des Balzac auteurs omniscients qui savent un peu trop tout sur tout (sans la flamme du Honoré...) mais heureusement l'action reprend !
Conseil à toi, et Ris' il me semble, essayez plutôt en poche "Les corrections" souvent préféré à Freedom, sur un thème proche, psychologie familiale... Plus court aussi !
Par contre peut-être pas de Richard chanteur de Rock comme dans Freedom... A ce propos Franzen dresse un portrait crédible de chanteur de rock incarnant le désir, montre bien certes us du milieu, ponctue de quelques bien scènes incluant des groupes bien réels (Brightest Eyes) mais ne se risque à pas à dresser une évolution des courants des périodes traversées !
Alors va pour un : http://www.youtube.com/watch?v=g6MnpD5_4GI
avatar
Azbinebrozer

Messages : 2462
Date d'inscription : 21/05/2008
Age : 56
Localisation : Dark side of the moon

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les lectures du moment

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 26 sur 26 Précédent  1 ... 14 ... 24, 25, 26

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum